Dynamic
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Bienvenue dans le forum de la Radio-Basilband

Partagez | 
 

 Emile Nelligan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Emile Nelligan   Sam 28 Avr - 14:56



Fermez les yeux et laissez vous emporter ...

Soir d'hiver

Ah! comme la neige a neigé!
Ma vitre est un jardin de givre.
Ah! comme la neige a neigé!
Qu'est-ce que le spasme de vivre
À la douleur que j'ai, que j'ai!

Tous les étangs gisent gelés,
Mon âme est noire: Où vis-je? Où vais-je?
Tous ses espoirs gisent gelés:
Je suis la nouvelle Norvège
D'où les blonds ciels s'en sont allés.

Pleurez, oiseaux de février,
Au sinistre frisson des choses,
Pleurez, oiseaux de février,
Pleurez mes pleurs, pleurez mes roses,
Aux branches du genévrier.

Ah! comme la neige a neigé!
Ma vitre est un jardin de givre.
Ah! comme la neige a neigé!
Qu'est-ce que le spasme de vivre
À tout l'ennui que j'ai, que j'ai!..




Petite biographie


Né le 24 décembre 1879 sur la rue La Gauchetière à Montréal, Émile Nelligan est aujourd'hui le plus connu de tous les poètes québécois. Très tôt, le jeune Nelligan ne démontre que très peu d'intérêt pour ses études et ne rêve que de poésie. À l'âge de 16 ans, il découvre les romantiques (Lamartine, Musset, Millevoye). Il quitte alors l'école, au grand mécontentement de ses parents. Son premier poème est publié dans «Le Samedi», le 13 juin 1896, qu'il signe du pseudonyme Émile Kovar. Il s'agit du poème intitulé «Rêve fantasque». Sous ce pseudonyme, huit autres de ses poèmes sont publiés dans les trois mois suivants. Le 10 février 1897, le jeune Nelligan est élu membre de l'École littéraire de Montréal.

Le 9 décembre 1898, Nelligan récite quelques-uns de ses poèmes en public pour la première fois, au château Ramezay. C'est son heure de gloire, et pourtant l'humeur du poète ne s'améliore point. Il s'engage dans la poésie spectrale, sombrement hallucinatoire. Ses crises de dépression se font de plus en plus fréquentes.

Le 9 août 1899, à la demande de son père, Nelligan est conduit à Longue-Pointe et interné à l'asile Saint-Benoît-Joseph-Labre. Ses docteurs diagnostiquent une «dégénérescence mentale», une forme de schizophrénie incurable. Il passe plus de 42 ans interné à l'asile. Il est souvent sollicité par les visiteurs, les infirmières et les médecins. Le 18 novembre 1941, Émile Nelligan meurt à l'hôpital psychiatrique Saint-Jean-de-Dieu. Mais sa disparition, comme c'est souvent le cas, marque la naissance de son mythe. Son oeuvre inachevée fascine le public et sa notoriété se répend en France et en Belgique. L'oeuvre de Nelligan est devenue un incontournable classique de la littérature québécoise. Le poète


«Soir d'hiver» est probablement un des plus connus. Les premiers vers sont désormais célèbres. En 1965, ce poème fut transformé en chanson par l'excellent musicien Claude Léveillée et interprétée par la très talentueuse chanteuse Monique Leyrac.
Revenir en haut Aller en bas
 
Emile Nelligan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aquarelle. ( Emile Henriot.)
» Désiré-Emile Inghelbrecht
» Sujet effacé par erreur (Emile Parisien)
» Emile Vuillermoz
» Dans le Mille Emile !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le forum de la Radio-Basilband :: PETIT COIN DE POESIE-
Sauter vers: